Les crucificateurs de Jésus sont de retour a Ghaza .

C'est dur d'etre un con sioniste

Les cons parlent de VOLTAIRE.

Ah ce Philippe val, toujours prompt a utiliser voltaire dans toute ses diatribes. Lui, val, ne se soucie pas d’être con, il est plutôt soucieux d’être digne d’un con. Mais est ce que voltaire était nazi ? était il d’extrême droite ?

Le journal Jyllands-Posten a été ouvertement pro-nazi pendant la seconde guerre mondiale. Il est considéré aujourd’hui comme un journal très conservateur de la droite danoise. Conservateur est un doux nom pour une droite décomplexé et fascisante. Les actes contre les musulmans sont donc loin d’être neutres et dénués de contenu politique....

Vous avez des doutes ? le dessinateur principale de ces fameuses caricatures, Kurt Westergaard s’est affiché au coté du parti Mogens Camre. Un parti d’extrême droite nazi qui reprend les idées nazi anti-juif contre les musulmans. Et ce petit val, a donc soutenu l’extrême droite nazi danois en expliquant, tout comme Kurt d’ailleurs, le droit a la liberté d’expression.

Le sionisme est une forme de nazisme et tire surtout ses théories du racialisme. Il n’a aucun lien avec la religion juive, mais l’utilise a ses desseins pour manipuler et obtenir ce statut d’intouchable.

Aurait il (val) dit la même chose en 1930 alors que les juifs étaient la cible de ces nazis. Sûrement… même très certainement. Cette haine des musulmans aujourd’hui est naturellement semblable aux juifs des années 30. Et val ne se serait pas retenu dans les années 30 par opportunisme. Mais a l’époque, comme le disaient les hypocrites comme val a ce jour : « nous ne savions pas ce que les nazis faisaient aux juifs ».

Aujourd’hui aussi, certains criminels du verbe comme lui, qui participe aux lynchages des musulmans font semblant de ne pas savoir : les tortures des milliers de musulmans, des 20 mille a 60 mille otages musulmans par les yankees, enlevé, torturé ou assassiné et même utilisé dans des attentats ; les 3 millions de morts irakiens, ou les 400 mille meurtre d’afghans etc… val le sait, mais il a besoin de soutenir l’extrême droite nazi comme Jyllands-Posten pour vivre.

Est-ce que Voltaire serait le soutien des nazis ? sûrement pas. Mais voltaire avait aussi ses faiblesses, ses haines, ses mots malheureux, son racialisme, sa lumineuse haine de l’homme noir, du citoyen ou simplement de légalité des citoyens. C’était plutôt un idéologue racialistes qui faisait de son idéologie un alibi ou une théorie scientifique.

Il est comme un animal qui ne reconnaît en la couleur qu’une grande différence racialistes. Tout les soi disant anti-racistes que vous voyez dans nos médias non pas encore dépassé le stade de la racialisation de la société.

Dans le traité métaphysique de Voltaire, on trouve par exemple : « Les Blancs sont supérieurs à ces Nègres, comme les Nègres le sont aux singes, et comme les singes le sont aux huîtres. »

Ce siècle des lumières tant aimé par beaucoup de pseudo philosophe ont vite oublié que ces lumineux personnages mesuraient l’intelligence de l’individu grâce a la circonférence du crane. Plus le crane était gros et plus il était considéré intelligent. Et c’est dans cette science racialistes et ridiculement transformiste démontrait par exemple que les noirs avait une intelligence moindre en raison de la petitesse de leur crane :

Dans « les essai sur les mœurs », voltaire écrivait : « la mesure même de leur intelligence, mettent entre eux et les autres espèces d’hommes des différences prodigieuses. Et ce qui démontre qu’ils doivent point cette différence à leur climat, c’est que des Nègres et des Négresses transportés dans les pays les plus froids y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu’une race bâtarde d’un noir et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une noire. »

Jusqu’au jour ou les philosophes des lumières découvrent qu’il existe plus intelligent que le blanc. Les mongols avaient (et ont) une tête plus grosse et plus ronde. Toute la théorie de voltaire est tombé dans les geôles de la conscience contemporaine. Mais les écrits restent. C’est cela le siècle des lumières de val.

Toujours dans « essai sur les mœurs », il rajoute : « La race des Nègres est une espèce d’hommes différente de la nôtre [...] on peut dire que si leur intelligence n’est pas d’une autre espèce que notre entendement, elle est très inférieure. Ils ne sont pas capables d’une grande attention, ils combinent peu et ne paraissent faits ni pour les avantages, ni pour les abus de notre philosophie. »

Voltaire n’a pas plus d’amour pour son prochain que val en a pour les musulmans ou tous simplement pour le citoyen lambda. Dans sa lettre au marechal Duc de Richelieu, voltaire vocifère : « Le système de l'égalité m'a toujours paru l'orgueil d'un fou. » (11 juillet 1770), dans Œuvres de Voltaire, Voltaire, éd. Hachette, 1861, t. 33, p. 209


« Il est à propos que le peuple soit guidé, et non pas qu'il soit instruit; il n'est pas digne de l'être. » : Lettre à d'Amilaville (19 mars 1766), dans Œuvres de Voltaire, Voltaire, éd. Hachette, 1862, t. 31, p. 164

il y a de nombreuses citations qui pourront être relevé par vos soins. Voltaire n’avait aucun respect pour le peuple. Tout comme val prend le peuple pour des incultes, incapables de lire la littérature standard et surtout d’analyser la pire des pensées des lumières. Est-ce une tare que de se revendiquer des siècles des lumières ? oui, et cent fois oui, se référer a une littérature racialistes, et surtout qui refuse la mixité est synonyme d’archaïste haineux.

Val est en harmonie avec les déclarations de voltaire qui écrivait déjà : « Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu ». Lettre à M. Damillaville (1er avril 1766), dans Œuvres de Voltaire, Voltaire, éd.Lefèvre, 1828, t.69, p.131

1 Participations:

Unique,  24 novembre, 2008  

A côté des Grands de la Torah et durant toutes les générations dont leurs talents rares nous sont connus et dont leur niveau intellectuel élevé est connu à travers leurs écrits, le fait est là de la multiplication d'individualités juives se distinguant par leurs exploits intellectuels (scientifiques, philosophiques, littéraires, sociaux, etc...) dans le cadre de la société occidentale moderne et de la société non occidentale. Le pourcentage de Juifs, réussissant dans la culture sociale et le monde de l'esprit, continue à être le plus élevé par rapport à la population mondiale. Et il semble que ces individualités appartiennent au succès du Peuple élu et expriment le génie (pouvoir de création théorique exclusif) des Juifs dans son expression la plus brillante.
Le nombre de Juifs dans le monde est actuellement proche de 14 millions soit 0,4% de la population mondiale qui compte près de 6 milliards d'hommes. Parmi la population générale du monde, les Arabo-musulmans par exemple, comptent un pourcentage très élevé de 20%, c'est à dire à peu près 1 milliard 200 millions d'hommes. Combien, selon-vous, la nation arabo-musulmane compte-t-elle de Prix Nobel depuis 1901, année de création du fonds du prestigieux Prix du nom du scientifique suédois Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, qui a légué au fonds toute sa fortune, jusqu'en 2002 ? Il s'avère qu'en tout et pour tout 5 lauréats, seulement, et parmi eux, Yasser Arafat.
La proportion de Juifs dans la culture générale est grande, spécialement suite à l’adaptation des Juifs dans la société non juive et leur intégration dans l'économie de la plupart des pays où ils habitent. De nombreux Juifs se trouvent dans tous les domaines de la réflexion et de l'art, et nombre d'entre eux ont gagné une importante reconnaissance internationale, et aussi une grande proportion de Juifs sont parmi les lauréats du plus prestigieux Prix pour leurs grandioses legs pour le bien de l'humanité, le Prix Nobel.
Le simple fait que parmi les 270 lauréats du Prix Nobel, décerné depuis plus de 100 ans et jusqu'à maintenant, 124 sont juifs, c'est à dire 45% des lauréats du Prix Nobel sont juifs, est prodigieux. Il y a des chercheurs qui sont d'avis qu’en fait 600 Prix Nobel ont été distribués, car le Prix est distribué à plusieurs lauréats où à un groupe de recherche, ce qui signifie que la proportion des Juifs n'est que de 25% des lauréats. D’une façon ou d’une autre, c'est un fait stupéfiant et qui attise la réflexion. Plus de 30% des Nobélisés américains dans les sciences naturelles sont juifs, plus de 80% des Nobélisés juifs dans le monde viennent d'une famille pauvre et à peu près 90% des Nobélisés non juifs viennent d'une famille riche. (Les données sont calculées à partir des informations que fournit le site Internet du Prix Nobel).
Il n'y a pas de doute que, parmi les juifs, des personnes remarquables et des célébrités, des grands esprits scientifiques se sont distingués, et parmi eux on compte Albert Einstein, un génie qui a généré une révolution dans la physique moderne. Einstein, qui a gagné le Prix en 1921, non pour sa loi de la relativité mais pour ses avancées dans la loi des quanta et la découverte de l'effet photoélectrique, avait l'habitude de se présenter comme quelqu'un qui "n'a pas de talents particuliers. Je ne suis qu'un enthousiaste curieux". Ne connaissez-vous pas un Juif qui ne soi pas un "enthousiaste curieux" dans son incarnation ? Il semble que d'après la définition d'Einstein de lui-même, chaque Juif développe potentiellement un talent d'audace et de curiosité intellectuelle.
Et encore, en 1922, Einstein a réalisé une conférence à l'université française de La Sorbonne, dans laquelle il affirme avec l'humour qui le caractérise que "si sa loi de la relativité est prouvée, l'Allemagne va affirmer que je suis allemand et la France va affirmer que je suis citoyen du monde. Et s'il est prouvé que je me suis trompé, les Français vont prétendre que je suis allemand et les Allemands déclareront que je suis juif".
Le prestigieux Prix Nobel, n'est pas l'unique caractéristique de la grandeur et de la sagesse du peuple Juif, mais est assurément une caractéristique remarquable. Ainsi également le prestigieux Prix du nom du journaliste américain Joseph Pulitzer, prix décerné aux Etats-Unis chaque année dans différents domaines du journalisme et de la culture comme la littérature, les biographies et les sciences. Les statistiques d’obtention du Prix Pulitzer nous montrent un nombre important de vainqueurs juifs et un pourcentage de réussite élevé par rapport à leur nombre minoritaire dans la population américaine. Selon les données que j'ai rassemblé du site Internet de Pulitzer, il apparaît que depuis l'année de création du Prix en 1917 et jusqu'à maintenant, parmi les 171 lauréats du Prix Pulitzer, 17 sont Juifs, c'est à dire 10% des lauréats du Prix Pulitzer sont Juifs. C'est ainsi un fait significatif, surtout quand l'évaluation des Juifs aux Etats-Unis ces 85 dernières années oscille entre 0,5% et 2% seulement.
Aujourd'hui, malgré leur petit nombre, les Juifs fournissent un nombre étonnant de postes supérieurs dans tous les domaines académiques et d’intelligence dans le monde. Il s'avère que les Juifs ont plus tendance à choisir des professions nécessitant la mise en oeuvre et le développement du cerveau. Non seulement dans la tradition juive le développement intellectuel vient devant le développement corporel, mais en plus, la société juive a transmis une relation de respect envers la couche des gens instruits. C'est une société qui a pris soin de transmettre par sa façon de vivre stricte, la relation organisée du respect de l'érudition, la persévérance, l'étude intellectuelle et la perpétuation. De telle sorte que cela est devenu un concept d'admiration pour les poètes.
A propos, précisément pour ces raisons, il y a très peu de sportifs juifs connus dans le monde. Parce que si on s'occupe de choses mécaniques qui n'exigent pas pensée et créativité, on limite, purement et simplement, ses chances de réussite et de développement intellectuelle.
C'est pourquoi, au jour d'aujourd'hui, d'un point de vue statistique, les Juifs constituent 60% des diplômés de la prestigieuse université de Yale aux Etats-Unis, 26% des professeurs de droit et 40% des avocats dans les grands bureaux à New York et à Washington. A peu près 60% des postes clef dans les studios à Hollywood sont aux mains des Juifs, et un tiers des milliardaires américains sont juifs.
Les trois grands réseaux de télévision aux Etats-Unis, ABC, CBS et NBC sont dirigés par des Juifs. Les journaux comme le 'Times', 'Newsweek', 'Washington Post', 'New York Times', 'Wall Street Journal', sont la propriété de Juifs, et une proportion considérable de rédacteurs, de correspondants, d’éditorialistes est de la religion de Moïse. En 1997, les Juifs constituaient 14% du cabinet du Président Clinton. Et tout cela en dépit du fait que les Juifs ne constituent que 2% de la population américaine. En effet, parmi environ 280 millions d'habitants dans tous les Etats-Unis, seulement 6,8 millions parmi eux sont juifs, soit 2% seulement.
Cela dit, il semble que non seulement dans l'Occident (Europe occidentale) mais même aussi dans l'Orient (Europe orientale) - sous le despotisme du régime communiste de l'ex Union Soviétique - des individus juifs ont réussi à arriver à des succès intellectuels dépassant toute proportion par rapport à leur pourcentage dans la population générale. Cela ressort principalement dans les données des Prix décernés du nom de Vladimir Illich Lénine, dirigeant communiste charismatique à la tête du pouvoir despotique en U.R.S.S.
des Juifs se sont distingués dans tous les domaines, et leur influence sans comparaison sur le genre humain était significative, en premier lieu Moïse, le Rambam Maimonide (Rabbi Moïse Ben Maimon, qui a gagné le surnom du grand aigle), Ha gaon Rabbi Eliahou de Vilna (Hagra), Sigmund Freud, Karl Marx, Trotski et Albert Einstein. Même Jésus et Spinoza étaient juifs. Des Juifs qui se sont convertis et en raison de cela ont été excommuniés pour toujours.
Voici les noms des personnages juifs qui ont été les plus influents. Les noms des Juifs célèbres ont mené depuis toujours "l'équipe internationale des talents" et ont été les vedettes dans chaque domaine possible ; une vérité statistique qui désigne un pourcentage de réussite élevé par rapport à leur nombre minoritaire dans la population Dans le domaine de la littérature : Shay Agnon, Shalom Aleichem, Franz Kafka, Issac Asimov, Hermann Broch, Philip Roth, Saul Below, Marcel Proust, Herman Wouk, Elie Wiesel, Primo Lévi et ce n'est pas le dernier mot. Dans le domaine de la création musicale : Yasha Hefetz, Itzhak Perlman, Wladyslaw Szpilman , Leonard Bernstein, Gustav Mahler, George Gershwin, Félix Mendelssohn-Bartholdy, Daniel Barenboïm, Isaac Stern, Arnold Schönberg, Arthur Rubinstein et de nombreux autres.
Il est ainsi possible de désigner des noms de nombreux créateurs juifs dans une grande variété de domaines. Les juifs sont ainsi présents dans :la linguistique (Noam Chomsky), l'anthropologie (Claude Lévi-Strauss), l'éducation (Janusz Korczak Goldschmidt), la médecine (Jonas Salk), la physique (Albert Einstein, Richard Feynman, Niels Bohr), la mise en scène (Woody Allen, Steven Spielberg, David Mamet, Claude Lanzmann). Dans le monde des affaires (Rothschild, Reichmann, George Soros, Ralph Lauren), la psychologie (Sigmund Freud,Victor Frankl , Alfred Adler), la philosophie (Franz Rosenzweig, Karl Popper, Isaiah Berlin, Ludwig Wittgenstein , Emmanuel Lévinas), l'histoire (Bernard Lewis, Théodore Zeldin, Daniel Goldhagen), la diplomatie (Léon Trotski, Benjamin Disraeli), des Premiers Ministres en France (Pierre Mendès-France, Léon Blum), la peinture (Marc Chagall, Amadeo Modigliani, Chaïm Soutine), la dramaturgie (Arthur Miller), l'architecture (Eric Mendelssohn, Oscar Niemeyer), et dans de divers autres domaines.
A la lumière des noms des personnages juifs connus, voici les propos du dramaturge anglais Peter Ustinov. A une occasion il a dit : "Je crois que la contribution des Juifs au genre humain est hors de toute proportion par rapport à leur nombre. Je les crois un peuple immense. Non seulement ils ont donné au monde deux géants tels Jésus-Christ et Karl Marx, mais en plus ils se sont payés le luxe de ne suivre ni l'un ni l'autre". La vérité s'entend dans ses propos par rapport à la chrétienté et au socialisme qui n'ont économisé aucun moyen pour atteindre leur "sainte" quête et les Juifs intelligents ne sont pas allés vers "le dieu qui a déçu".
Et encore quelques de données qui parlent d’elles-mêmes : Albert Einstein a été choisi comme l'homme du siècle par le 'Times Magazine' ; le journal 'Corriere della Sera' qui est leader en Italie, a présenté comme photo du siècle la célèbre photo de "L'Enfant du Ghetto" levant les bras à la fin de la révolte du ghetto de Varsovie. Et selon les professionnels de la communication : "Une photo vaut mille mots", il y a une signification double à notre propos (Tartei Mashma en araméen : à double sens).
Cela dit, je mentionnerai que la distinction juive n'est pas exclusive aux derniers temps. Cette distinction existait déjà au Moyen-âge, comme le montre les cinq volumes monumentaux de 'Préface à l'Histoire des Sciences' dans lesquels, Georges Sarton, décrit le développement de la science. Il s'avère que 41% des scientifiques d’Espagne, avant l'expulsion, étaient juifs, quand leur proportion dans la population n'était que de 2,7% seulement. Au XIVème siècle, les Juifs ne constituaient qu’un seul pourcent de l'ensemble de la population du monde, et parmi les scientifiques internationaux ils étaient pourtant 17,6%. Plus tard entre les années 1819-1935, les Juifs ont dirigé environ 20% de l'activité économique mondiale depuis l’Allemagne, alors qu'ils constituaient moins d'un pourcent de la population.
En 1952, 24% des étudiants à l'Université de Harvard étaient juifs, 23% à Yale et 20% à Princeton, bien qu'ils ne constituaient que 1,6% de la population des Etats-Unis. Aujourd'hui, la situation dans les grandes universités aux Etats-Unis se caractérise par une chasse aux cerveaux juifs, dans l'espoir que ceux-ci, selon la voie des Juifs, se distingueront dans leurs études et feront passer les universités dans la division supérieure des institutions académiques en Amérique.
A la lumière des vérités statistiques, il convient donc de questionner : comment est-il possible de polémiquer avec les chiffres qui parlent d'eux-mêmes ? Et vraiment comment réussit un peuple si petit à engendrer de si nombreux génies ? Est-il cependant encore possible de prétendre que "le peuple d'Israël est un peuple normal comme tous les autres peuples" ? Et est-ce que le monde des hommes qui a essayé de normaliser le peuple juif tel qu'il existe par lui-même dans son état souverain comme n'importe quel peuple et nation, n'a-t-il pas commis une erreur optique ?
Au début du XIXème siècle Mark Twain (1835-1910), l'un des grands écrivains classiques américains, a discerné le phénomène de la distinction juive et son particularisme historique. Comme il l’a exprimé dans son article monumental : 'Concernant les Juifs' qui a été publié le 6 septembre 1899 dans le 'Harper's Magazine' : "A l'origine vous étiez les élus du Tout-puissant, votre prospérité déloyale sur de nombreux plans me convainc que vous êtes encore serré de nouveau dans cet endroit bien au chaud. Si les statistiques sont exactes, les Juifs constituent seulement un pourcent de la race humaine, cela suggère un faible souffle nébuleux d'une poussière d'étoile, perdu dans l'éclat de la Galaxie Lactée. Logiquement, il ne faut presque pas entendre parler du peuple Juif, mais on en entend parler, et on en a toujours entendu parler. Il illumine cette planète nom moins autant que n'importe quel autre peuple et son importance commerciale est extraordinairement hors de proportion par rapport à la petitesse de son nombre. Ses contributions à la liste mondiale des grands noms dans la littérature, la science, l'art, la musique, les finances, la médecine, les sciences humaines, sont également loin de toute proportion par rapport à leur petit nombre. Il leur est permis de se vanter de cela".
Et ainsi la Torah d'Israël a dévoilé l'énigme incompréhensible d'un point de vue logique du phénomène de l'intellect juif, avant que la réalité ne soit affirmée. Moïse promit et dit : "Elle ne peut être que sage et intelligente, cette grande nation" (Deutéronome 4 :6), les nations du monde montreront et déclameront sur nous. La Torah d'Israël a fixé en cela que le peuple juif est un peuple caractérisé par sa spécificité éternelle, et une part de l'expression de cette spécificité est le cerveau juif et l'absence de norme qui le définit. Comme nous l'avons déjà vu les statistiques confirment et accréditent que les Juifs sont différents et plus intelligents que d'autres peuples et d'une manière à part.

Il apparaît que l'idée de "lumière pour les Goys", vocation historique imposée au peuple juif, en tant que "peuple élu", surtout d'un point de vu moral, n'est pas périmée et ne s'est pas altérée dans l'ère du modernisme ou du post-modernisme. Et le peuple juif de porter sur ses épaules le joug de l'existence juive conformément au verset "Vous serez une lumière pour les Goys" (Isaïe 42 :2). Une partie du peuple juif, à propos, continue de porter la continuité historique et ses nécessités, malgré son enracinement dans les nations du monde.
BAROUCH ACHEM .

About This Blog

Blog Archive

Back to TOP